Interview Berengere

Elisa
Ecrivain indépendant
Interview réalisée le 22 Janvier 2015
 

 

 

 

​​

L'entretien que Bérengère a bien voulu m'accorder m'a laissée charmée, étonnée, admirative...sa voix douce et apaisante met tout de suite à l'aise, le récit de son parcours surprend et émeut : faire partie d'une famille de médiums n'est pas courant, surmonter les épreuves qui l'ont amenée à exercer son don témoigne de plus d'une force d'âme peu commune.
 
Ces épreuves n'ont fait qu'affiner la sensibilité médiumnique de cette jeune femme qui va directement au cœur des problèmes avec une justesse déconcertante...ne doutons pas qu'elle soit un soutien précieux pour ceux qui affrontent des difficultés ou cherchent leur voie.
 
 
Vous êtes issue d'une famille de médiums, particularité rare ! Parlez-nous d'elle...
 
En effet, ma mère était médium, mon père magnétiseur. Mes parents recevaient beaucoup, surtout des gens de position sociale élevée. Ces relations mondaines les accaparaient et du coup, mes deux frères et moi-même nous sentions un peu délaissés, d'ailleurs nous avons passé de nombreuses années en pension. Mes parents finirent par divorcer et, la situation entre eux étant compliquée, nous nous retrouvâmes à la DDASS, mes frères et moi.
 
A cette époque j'avais déjà des manifestations de médiumnité mais cette épreuve douloureuse créa en moi un blocage, je ne voulais plus y penser ni en parler.
 
J'ai supporté ce milieu très dur, si différent de celui auquel j'étais habituée, grâce à l'amour et au soutien de mes frères, Yann et Hervé.
 
J'avais compris comment mes parents, trop ancrés dans la matière et le pouvoir, en sont venus à délaisser leur famille.
 
Par chance, mes frères, partageant le même don que moi me comprenaient et m'aidaient beaucoup à traverser ces événements ce qui développa ma force intérieure.
 
Le résultat positif de cette expérience fut que je rencontrai mon futur époux, Nicolas qui hélas devait décéder tragiquement peu après la naissance de notre premier enfant.
 
En fait j'avais été informée de cet événement dès ma rencontre avec Nicolas et , hélas, cette prémonition s'est révélée exacte. Par la suite j'ai ressenti concrètement la présence de mon compagnon qui depuis fait partie de mes guides.
 
J'arrivais à communiquer très facilement avec lui en particulier par l'intermédiaire d'Infinitude, une association spécialisée dans la TransCommunication Instrumentale (TCI) qui m'apporta la preuve de sa survie...magnifique cadeau !
 
Par la suite la communication avec Nicolas se fit directement et spontanément.
 
 
Comment et à quel moment avez-vous eu conscience de votre don ?
 
Dès l'âge de six ans à l'âge où mes copines jouaient à la poupée, moi je parlais à mes guides, au nombre de quatre. J'ai donc su très vite que j'étais différente mais je ne l'ai pas mal vécu puisque mes parents évoluaient dans le même monde et me comprenaient.
 
A cette époque je percevais surtout les évènements dramatiques qui menaçaient mes proches, par exemple un oncle de 26 ans qui devait décéder prématurément. Il m'arrivait aussi de « voir » certains faits divers comme un pont qui s'effondre...information vérifiée au journal du soir télévisé. Je ne voyais donc pas que les bons côtés de la vie ! Cela m'effrayait et m'amena à m'éloigner de ce monde.
 
Par contre mes guides se manifestaient à moi en m'annonçant les bonnes choses de la journée, ce contact quotidien m'aidait beaucoup.
 
 
Comment percez-vous les informations, par clairvoyance, clairaudience, autres perceptions ?
 
Je n'entends pas de voix, c'est plutôt une forme de télépathie avec mes guides, en particulier Nicolas avec qui je suis reliée. Parfois je capte aussi le guide du client, je rentre facilement en communication avec eux, je reconnais quand ce n'est pas le mien ! J'ai aussi des images, des odeurs...
 
J'ai dû faire tout un cheminement pour accepter que ces manifestations venaient bien de mes guides et non de mon propre esprit, la distinction n'est pas toujours évidente.
 
Je me suis testée par rapport à cela en posant des questions pour vérifier mes informations.
 
 
Pouvez-nous nous raconter une anecdote significative ?
 
J'en ai plusieurs :un jour une cliente m'appelle pour me dire qu'elle avait perdu le carnet de santé de son fils, préoccupation qui peut paraître futile mais il faut savoir que certains demandent des réponses très précises ! Je visualisais ce carnet dans un endroit improbable, dans un meuble en bois, sous un escalier...c'était exact ! Du coup les clientes ont eu tendance à me prendre pour le bureau des objets trouvés !
 
Une autre fois, recevant une cliente à mon cabinet, je sentis que son père décédé voulait communiquer fortement avec sa fille. Ce monsieur, de caractère impatient, trouvait que les choses n'allaient pas assez vite à son goût et subitement ma bibliothèque est tombée par terre, mes livres ont volé en éclats !!
 
Ma cliente a éclaté de rire en s'esclaffant : « c'est bien mon père, ça ! ».
 
Autre anecdote amusante : une cliente enceinte m'appelle en me demandant la date de son accouchement mais elle se renseigne aussi auprès de mon frère, médium également. Nos réponses différant légèrement il s'avéra que je lui ai donné la date de son entrée en maternité et lui la date de l'accouchement !
 
Pour finir encore une belle histoire : j'avais une cliente avec qui le contact était particulièrement agréable et chaleureux. Après nous être un peu perdues de vue nous nous sommes retrouvées grâce à l'un de mes frères. J'ai pu lui parler de tous les aspects de sa vie sauf du côté sentimental, comme s'il y avait un blocage...et pour cause, elle devait par la suite devenir l'épouse de mon frère !
 
J'avais « vu » toute la vie de ma cliente sauf cet élément essentiel, la rencontre avec son futur mari ce qui la décevait un peu. Mais cela ne m'était pas possible, s'agissant de mon frère  car entre nous trois nous ne nous captons pas. C'est l'une de mes plus belles anecdotes, une cliente que j'adore devenant par la suite ma belle-soeur !
 
 
Comment en êtes venue à pratiquer la voyance à titre professionnel ?
Un événement particulier vous y a-t-il incitée ?
 
 
Le décès de mon compagnon a été l'élément déclencheur. J'ai commencé à tirer les cartes pour mon entourage et il s'est avéré que tout ce que je leur prédisais se réalisait. Je me suis donc dit que je pourrais me servir de cela pour en tirer de belle choses.
 
 
Comment consultez-vous ? En cabinet, par téléphone ? Avez-vous une préférence ?
 
Bonne question !
J'ai adoré le téléphone pendant des années, la voix est un support exceptionnel par rapport au physique qui peut nous influencer par l'impression qu'il produit. Mais les informations en définitive se valent.
 
Au téléphone, dès la première parole, je sais pourquoi la personne m'appelle. On pourra entrer plus en profondeur dans certains sujets car elle sera moins gênée pour en parler, en particulier les affaires intimes, les histoires de couple...en face à face au cabinet il y a une plus grande pudeur.
 
Mais en fait j'ai des périodes alternant le téléphone et le cabinet. Il faut reconnaître que le contact humain en cabinet est différent, la proximité demande parfois que l'on se protège. Dans ce cas je me sers d'un jeu de cartes, alors que je n'en ai pas vraiment besoin, pour mettre la personne plus à l'aise. Ils attendent tellement de ce moment-là qu'ils sont un peu crispés, le jeu de cartes fait diversion et leur accorde un temps d'adaptation.
 
 
Pouvez-nous nous préciser le déroulement de la consultation ?
 
Il n'y a pas de règle. En général je demande le prénom et la date de naissance du consultant mais ces informations ne me sont pas vraiment utiles, n'étant pas astrologue...elles me permettent simplement de me laisser un temps d'adaptation favorable au contact. Dès que la cliente m'appelle elle ouvre une porte : c'est le support de la voix qui déclenche les informations. Tout va venir d'un coup : la raison de l'appel, si la préoccupation est d'ordre sentimental ou professionnel, si elle est divorcée, a un amant...
 
J'ai à ce moment-là la perception de son passé, présent et futur, les trois grands points d'intérêt t aussi ses point faibles, ses blessures secrètes qui vont me permettre de la comprendre et de l'aider à valoriser ses atouts.Je ne la conseille pas mais lui fais prendre conscience de ses atouts.
 
Au début de la consultation le client ne doit pas me raconter sa vie comme certains sont parfois tentés de le faire. Le bon voyant est celui qui sait déjà pourquoi le client appelle. Le bon consultant est celui qui sait ne pas raconter sa vie ! Celui-ci confirme la raison de sa présence et nous pouvons alors commencer la séance. Si le client consulte pour un problème avec une personne particulière je lui demande son prénom aussi. Je lui donne les informations et par la suite le consultant peut développer et poser ses questions. Mais la première consultation est très importante, la cliente doit repartir avec la certitude que j'ai vu les évènements sans qu'elle ne m'ait fourni d'informations.
 
 
En public, dans la rue, un restaurant, avez-vous parfois un ressenti face à un(e) inconnu ?
 
Quand je suis invitée à un repas par exemple je ne vais pas forcément « voir » quelque chose, je n'ai pas systématiquement de flashs,je verrouille car je veux préserver ma vie privée.
 
Ceci dit cela peut arriver. A mes débuts surtout je ne pouvais m'empêcher de dire ce que je ressentais aux personnes comme par exemple, un jour où je patientais dans la salle d'attente du médecin : je sentais que la dame en face de moi venais consulter pour un problème à la gorge. J'avais tellement envie de savoir si mon ressenti était exact que lui ai posé la question. En effet, elle souffrait de la thyroïde, je ne m'étais donc pas trompée !
 
Fort heureusement cette femme était ouverte à ces questions et n 'a pas mal réagi...mais je suppose que j'avais aussi senti cela.
 
Par la suite j'ai cessé d'intervenir auprès d'inconnus mais quand il m'arrivait d'avoir des perceptions spontanées dans mon entourage je leur donnais l'information même si elle était parfois dramatique.
 
Je me souviens en particulier d'une amie chez qui j'étais invitée, en présence de son papa j'ai eu la certitude qu'il allait mourir prochainement. Je ne pouvais bien sûr lui dire cela directement mais je lui ai fait comprendre qu'elle devait bien profiter de son papa...le message est passé en douceur, elle a pu passer encore de bons moments avec son père avant son départ.
 
Autre anecdote : au restaurant avec mes frères nous parlions de la patronne, tous les trois nous avions perçu qu'elle était enceinte et qu'elle ne le savait pas, ce qu'elle nous confirma plus tard !
 
Pour l'entourage c'est évidemment surprenant mais pour nous c'est parfaitement normal !
 
 
Les informations que vous transmettez vous sont-elles communiquées par des guides et si oui, les identifiez-vous ?
 
 
En effet, mon guide principal est Nicolas, nous sommes vraiment fusionnels, deux vases communicants ! Mais je reste aussi en contact avec mes autres guides.Je suis en communication télépathique avec eux lors de mes consultations.
 
 
Dans votre pratique avez-vous un domaine de prédilection ?
 
Oui, c'est plutôt le monde des affaires. J'obtiens souvent des chiffres précis, des informations sur la bourse...c'est un peu surprenant car Nicolas n'était pas du tout branché affaires ! Je pense que c'est un autre de mes guides qui m'inspire ! Moi-même je n'étais pas dans les chiffres et, pourtant je m'exprime avec facilité en termes d'investissement, de bilan, un vocabulaire qui ne m'était pas familier ! Du coup de nombreux hommes d'affaires me contactent!Je leur prédis leur chiffre d'affaires pour cette année ou les suivantes, je les conseille aussi sur les meilleures périodes pour une vente ou un achat, par exemple. Ces personnes m'appellent car elles ont vraiment besoin d'informations concrètes.
 
En fait j'adore ce côté de la voyance, très pragmatique, on n'est pas du tout dans l'émotionne !  Mais les deux aspects, le rationnel et l'irrationnel ne sont pas incompatibles !
 
C'est comme le vase et l'eau : il faut de la matière (le corps) pour contenir le fluide, en l'occurence l'âme et l'esprit. Pour moi il est essentiel d'avoir les deux sinon il n'y a pas d'équilibre.
 
 
D'après vous, le destin est-il écrit, sinon où se situerait notre libre arbitre ?
 
Pour moi le destin est écrit, il est tracé dans ses grandes lignes, notre naissance, notre mort, les épreuves qu'on doit vivre comme la mort d'un enfant, d'un conjoint.
 
Personnellement je crois en la réincarnation car j'ai déjà revécu certaines de mes vies antérieures en particulier le décès de mon mari ,Nicolas. Je me suis vue dans un cimetière pleurer mon homme, habillée de vêtements d'une autre époque avec plein de détails précis différents de l'époque actuelle. Souvent on reproduit l'une ou l'autre de ses vies antérieures.
 
Il m'est arrivé d'ailleurs de percevoir une vie antérieure chez mes consultants et ce qui est intéressant alors c 'est de comprendre pourquoi le schéma se répète, cela permet alors de franchir une étape et d'avancer dans sa vie, autant dans la matière que dans la spiritualité.
 
Notre libre arbitre se manifestera à travers notre attitude devant les épreuves, la façon dont nous allons y faire face et les résoudre, c'est nous face aux épreuves qui nous permettront d'évoluer.
 
Le cheminement pour acquérir quelque chose est aussi important que ce qu'on a acquis. Par exemple mon parcours de médium depuis la petite enfance est aussi important que mon don. Il constitue ce que je suis aujourd'hui.
 
 
Nous sommes nombreux à souhaiter tenter l'expérience d'une voyance, quel est d'après vous l'intérêt d'une consultation ?
Quelles en sont les limites ?
 
L'intérêt d'une consultation pour moi c'est comme un jeu de cartes, mettre en avant les atouts, les points majeurs de la vie.
 
Les limites ?
 
Je pense que le médium ne doit pas se prendre pour Dieu ! En consultation il n'est pas là pour juger mais pour aider son client en le guidant mais sans lui donner de directives.
 
Ceci dit il y a des limites à ce qu'on peut dire ou non dans des situations délicates comme un décès par exemple. Il faut alors trouver les mots justes qui ne choqueront pas la personne. Je pense qu'on peut tout annoncer en y mettant de la délicatesse. Un jour, dans un salon en compagnie de quelques personnes,une dame me consulte au sujet d'un traitement qu'elle suivait. Tous les médiums qu'elle avait consultés lui avaient anonncé la guérison mais j'ai su tout de suite qu'elle était condamnée...
 
Comment faire?
 
Je me suis contentée de lui dire » Tu arrives dans état de libération totale, c'est très beau... » et j'ai su que nous nous étions comprises toutes les deux.
 
Cette dame avait pris rendez-vous pour une consultation mais elle décéda la veille. Au lieu de remplacer cet entretien j'ai préféré consacrer ce moment pour entrer en contact psychique avec elle. J'ai senti qu'elle était là.
 
 
Il vous arrive donc d'entrer en contact avec des personnes décédées ?
 
Oui, dernièrement j'ai vu la fille d'une de mes amies décédée dans un accident de voiture. Elle m'est apparue telle que sa maman l'avait habillée pour l'inhumation, une jolie chemise bleue imprimée de papillons, preuve irréfutable de la réalité de cette manifestation. Elle était accompagnée d'un garçon, le fils d'une amie décédé à l'âge de dix sept ans. J'ai pu délivrer un beau message à mon amie, sa fille lui disait qu'elle allait bien.
 
Cette vision était très précise, le client désire des preuves et moi aussi d'ailleurs. En fait il est très important de leur en apporter.
 
Par contre je ne peux répondre aux demandes de contacts avec les défunts car on n'est jamais sûr d'en obtenir. Trop d'éléments sont en jeu : le défunt peut ne pas être en mesure de se manifester ou ne pas être sur notre niveau vibratoire. Le consultant risquerait de repartir très déçu alors qu'il s'agit de quelque chose de très important pour lui. Je préfère donc le diriger vers une association spécialisée dans le deuil comme Infinitude que je recommande vivement pour son sérieux et son dévouement. Je m'en souviens comme d'une belle expérience !
 
Par la suite j'envisagerais volontiers de participer à des rencontres en public au sein d'associations où je pourrai délivrer d'éventuels messages de défunts. Je parviens de mieux en mieux à capter la présence de défunts en particulier quand il y a du monde car, parmi toutes les photos présentées je pense que certaines me parleront.
 
 
La vie d'une voyante nous paraît très singulière...à quoi ressemble votre quotidien ?
 
Une fois que la consultation est terminée on est pleinement dans sa vie, le juste équilibre c'est d'être Madame Tout le Monde justement !
 
Je me coupe systématiquement de mes perceptions, je passe très facilement d'une consultation à ma vie de famille avec mes enfants. Cependant l'énergie qu'il m'a fallu pour la consultation me fatigue un peu et pour récupérer je fais quelques micro-siestes au cours de la journée. Par contre il arrive aussi que certains clients doués d'une énergie intense me la communiquent, j'ai alors la « pêche » pour la journée !
 
Certains sont pour moi des vitamines ambulantes !
 
Dans ma profession on rencontre aussi de belles personnes, J'ai de beaux échanges avec certains de mes consultants et malgré ce que l'on entend à la radio ou la télévision j'ai confiance en l'être humain...

 

<< Nouvelle zone de texte >>

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Berengere Lecoq